MAIN OFFICE

Agence de services administratifs, et Office Management sur-mesure

Nantes et sa région

Copyright 2021 -  Tous droits réservés

 

Téléphone : 02 72 02 38 55

Email : s.vergnac@mainoffice.fr

 

Confidentialité et Mentions Légales

ACTUALITES sur les Ressources Humaines

 

Suivez toutes les tendances actuelles du milieu de la gestion et de l'accompagnement. Le back office n'aura plus de secret pour vous...

 

Le coût d'un salarié

25/01/2022

Le coût d'un salarié

Pour un salaire brut de 3000 euros, le coût d'un salarié pour l’entreprise est de 4080 euros.

 

Dans cet article, nous allons vous expliquer ce que représente réellement le coût d’un salarié pour un employeur, et vous fournir un outil pour réaliser quelques simulations de calcul.

Nos clients nous demandent souvent le coût réel d’un salarié. Celui-ci ne correspond pas uniquement au salaire brut qui se trouve dans la partie supérieure du bulletin de paie.

 

Salaire brut ou salaire net ?

 

En termes de rémunération, l’employeur parle le plus souvent de salaire brut.

 

C’est ce même salaire qui est mentionné dans les conventions collectives : il est souvent fait référence à un indice, une position, une catégorie, un coefficient, un salaire minimum…

 

Exemple :


En référence à la convention collective du bâtiment -ouvriers - IDCC 1597, le salaire brut d’un Chef d’Equipe, position 2, coefficient 230, ne peut être inférieur à 2170 euros.

 

Le SMIC correspond également à un salaire brut. Il est fixé à l’heure.

 

Le salaire brut est composé du salaire de base, mais également des primes, des congés payés, etc… :

 

Pour un salaire de base de 2500 euros + une prime mensuelle de 350 euros, le salaire brut est de 2850 euros (2500 + 350).

 

De ce salaire brut, il faut déduire les cotisations sociales pour arriver au salaire net. Ces cotisations sociales, à ne pas confondre avec les cotisations patronales, s’appellent cotisations salariales. Elles représentent la part des cotisations due par le salarié et prélevée par l'employeur sur le salaire pour être ensuite versée aux organismes chargés du recouvrement (URSSAF).


Elles sont calculées en fonction d’un pourcentage sur le salaire brut. En revanche, elles ne sont pas toutes proportionnelles : pour certaines cotisations en effet, la base de calcul est plafonnée.


Il existe ainsi plusieurs tranches de calcul : la tranche A qui se limite au plafond de la sécurité sociale, la tranche B, la tranche C….


Par ailleurs en fonction du statut du salarié (cadre ou non cadre : certaines cotisations sociales vont se rajouter).

 

Au salaire net pourront s’ajouter certaines indemnités qui ne rentrent pas dans le salaire brut et ne sont donc pas soumises à cotisations sociales : il s’agit dans la plupart du temps, de remboursements de frais engagés par le salarié.


Les charges sociales et les charges patronales

 

De son côté l’employeur doit également s’acquitter de cotisations sociales sur les salaires versés à ses collaborateurs : il s’agit des charges patronales.

 

Comme pour les charges salariales, les charges patronales sont calculées en pourcentage avec, également, des tranches qui sont fonction du salaire brut du salarié.

 

Pour résumer, le coût d’un salarié va se composer : 

 

  • du salaire net payé au salarié,
  • des charges qui ont été retenues,
  • des charges patronales.

 

Exemple :

 

  • Un employé perçoit un salaire brut de 3 000 euros.
  • Les charges salariales représentent environ 28% : 840 euros.
  • Les charges patronales quant à elles, représentes environ 36% : 1 080 euros.
  • Le salarié percevra donc en net : 3 000-840 = 2 160 euros.
  • L’entreprise devra verser aux organismes sociaux : 1 920 euros.
  • Le coût total du salarié pour l’entreprise sera de : 2160 + 840+1080 = 4080 euros.

 

Le site de l’URSSAF met à votre disposition trois simulateurs pour vous aider à la gestion de votre entreprise et calculer les revenus en fonction de votre statut de salarié ou de votre activité (indépendant libéral, auto-entrepreneur…) : Simulateur

 

Les cotisations salariales sont les suivantes :

 

  • Assurance maladie, maternité, décès, invalidité,
  • Assurance vieillesse (retraite du régime général),
  • CSG (Contribution Sociale Généralisée),
  • CRDS (Contribution au Remboursement de la Dette Sociale),
  • Assurance chômage pour tous les salariés de moins de 65 ans (une contribution spécifique de solidarité s’applique aux salariés de 65 ans ou plus),
  • APEC (Agence pour l'Emploi des Cadres),
  • Cotisation Agirc-Arcco,
  • Contribution d'équilibre général (CEG), qui remplace les cotisations AGFF et GMP depuis le 1er janvier 2019,
  • Contribution d'équilibre technique (CET).

 

Les charges patronales sont les suivantes :

 

  • les cotisations maladie, maternité, invalidité, décès et assurance vieillesse,
  • les cotisations d’assurance-chômage,
  • les cotisations de retraite complémentaire,
  • les cotisations APEC pour les cadres,
  • les cotisations d’allocations familiales,
  • les cotisations d’accident du travail,
  • la contribution solidarité autonomie,
  • la contribution au dialogue social,
  • la contribution au fonds national d’aide au logement,
  • la cotisation assurance garantie des salaires,
  • le versement mobilité,
  • le forfait social,
  • la taxe d’apprentissage,
  • la taxe sur les salaires,
  • la contribution à la formation professionnelle.

 

Rédaction de cet article : Sylvette Vergnac,

Office Manager indépendante à Nantes

 

BIENVENUE !

 

Ici, nous parlons de notre métier. Nous évoquons ce qui tourne autour du monde de la gestion d'entreprise. Bonne lecture ! 

 

NEWSLETTERS

 

Restez informé...

 

Auteure de ce blog

Sylvette VERGNAC,

Office Manager indépendante à Nantes

 

 

EXPÉRIENCE

 

  • Micro-entreprise, TPE, PME, Groupe international
  • 7 ans comme chef d'entreprise et co-gérance
  • 7 ans de commerce
  • 15 ans d'office management et d’assistanat de direction

 

CATEGORIES